Saint-Sauveur-de-Cruzières

logo du site
  • Saint-Sauveur-de-Cruzières

Accueil du site > Services > Santé, urgences

Santé, urgences

L’ambroisie Nous sommes tous concernés par ce problème, chacun doit agir ! Les pollens d’ambroisie peuvent provoquer des réactions allergiques en fin d’été (rhinites, conjonctivites, asthmes...) Il existe plusieurs sites pour s’informer (www.ambroisie.info ; www.rhone.fr ; www.rnsa.asso.fr et bien d’autres encore...) Un document est consultable en mairie. M. MANCILLA François et M. VEZON Gérald sont nos référents pour l’ambroisie.

..........................................................................................................................

PDF - 1.7 Mo
Bulletin Ambroisie

..........................................................................................................................

L’ambroisie pousse, il est temps de l’éliminer avant floraison L’ambroisie à feuilles d’armoise est une plante envahissante et son pollen est un des allergènes les plus puissants connus. En Rhône-Alpes, le nombre de personnes allergiques à l’ambroisie a doublé en seulement 10 ans dans les zones les plus exposées, où plus d’une personne sur 5 est désormais allergique. Tout doit être mis en œuvre pour qu’on n’atteigne pas les niveaux record de la Hongrie, entièrement infestée, où un hongrois sur deux développe de graves allergies à l’ambroisie... Réduire la présence de l’ambroisie et donc le taux de pollen dans l’air, c’est stopper cette augmentation des personnes allergiques, et c’est permettre, chaque été, de baisser fortement la gêne ressentie (conjonctivites, éternuements...), en évitant des hospitalisations, des arrêts maladies, des crises d’asthme, de fortes fatigues, etc. En cas d’apparition de tels symptômes en août et septembre, il convient de consulter son médecin traitant voire un allergologue, le pharmacien, et les sites internet (pollens.fr, air-rhonealpes.fr). Toute personne qui se sait allergique à l’ambroisie ou qui ressent ces symptômes, doit respecter les recommandations suivantes :
- chez soi : se rincer les cheveux le soir, aérer les pièces de nuit (pollen émis dés le lever du soleil jusqu’au soir), éviter l’exposition à d’autres substances irritantes (tabac, produits d’entretien, parfums d’intérieur, encens...)
- à l’extérieur : éviter toute activité surexposant au pollen (tonte et entretien du jardin, sport...), sinon préférer la fin de journée et le port de lunettes de protection ; ne pas faire sécher le linge ; en voiture, garder les fenêtres fermées
- être encore plus attentif à ces recommandations lors des pics d’émission de pollen et de pollution (pour l’ambroisie : entre le 20 août et le 10 septembre, sinon consulter pollens.fr, alertepollens.org, air-rhonealpes.fr). Mais sans attendre, que faire dés le mois de juin ? Les plants d’ambroisie commencent à être bien reconnaissables courant juin et peuvent atteindre 30 à 50 cm de hauteur. Le vert intégrale (rectoverso) et sans odeur de leurs feuilles les distinguent bien des plants d’armoise (odeur forte des feuilles froissées). Sur des terrains contaminés par l’ambroisie et non remaniés, l’arrachage ou les tontes et fauches régulières permettent de supprimer le stock de graines d’ambroisie situées à faible profondeur, et de supprimer en 2 à 4 ans l’apparition de plants (mais attention, tout remaniement de la terre, tout apport par lessivage d’eau pluviale, par engins ou graines pour oiseau contaminés, peut apporter en surface des graines qui germeront dés l’année suivante). Si l’arrachage est possible, il doit être effectué à partir de fin juin à début juillet et pas avant, sinon d’autres graines d’ambroisie peuvent germer à la place des plants arrachés. A défaut, la coupe doit être effectuée au moins deux fois, courant juillet puis août, avant l’arrivée des tiges florales. Sur les terrains remaniés et chantiers, il convient de surveiller la provenance d’éventuelles terres et remblais rapportés (éviter si possible qu’ils proviennent de terrains infestés). La plateforme nationale de signalement de l’ambroisie permet aux référents communaux ambroisie, ou à défaut aux maires, de recevoir tout signalement effectué par un particulier, en vue d’obtenir son élimination par l’occupant ou le propriétaire du terrain concerné. 4 voies sont possibles :
- Application « signalement ambroisie » pour Smartphones sur Google Play ou Apple Store ;
- Site web de la plateforme de signalement (signalement-ambroisie.fr)
- Signaler en appelant la hotline (0 972 376 888)
- Envoyer un mail à contact@signalement-ambroisie.fr Merci à tous de contribuer à réduire l’impact sanitaire de cette plante bien incommodante !

Dans le cadre de la lutte contre l’ambroisie, l’ARS Rhône-Alpes a chargé le RNSA, en partenariat avec Air Rhône Alpes, d’adresser chaque semaine un bulletin d’information prévisionnel.

Vous pouvez le consulter en cliquant sur le lien suivant : http://www.pollens.fr/les-bulletins...

Le bulletin en version pdf est téléchargeable ici : http://www.pollens.fr/les-bulletins...

Ce bulletin comporte :

- pour chaque capteur de pollen, le niveau de risque allergique lié à l’exposition au pollen d’ambroisie (RAEP) avec la quantité de pollen d’ambroisie recueillie pour la semaine et la couleur du risque pour la semaine à venir.

- une carte du modèle prévisionnel émise par Air Rhône Alpes.

Le RNSA et l’Observatoire des ambroisies se tiennent à votre disposition pour tout complément d’information : observatoire.ambroisie@fredon-france.org

...............................................................................................................................

Luttons contre le moustique tigre !

Le moustique tigre : qui est-il ? Aedes albopictus de son vrai nom, le moustique tigre est originaire d’Asie et se distingue des autres moustiques par sa coloration contrastée noire et blanche. Il s’est développé de manière significative et continue depuis 2004 en métropole où il est désormais présent dans 30 départements . Depuis 2012, il s’est progressivement implanté dans 6 départements (Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Rhône-Métropole de Lyon et Savoie) de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ce moustique de très petite taille est particulièrement nuisible : ses piqûres interviennent principalement à l’extérieur des habitations, pendant la journée, avec un pic d’agressivité à la levée du jour et au crépuscule. Il peut également être « vecteur » de la dengue, du chikungunya et du virus zika si, et seulement si, il est contaminé. Il s’infecte en piquant une personne contaminée, malade ou non, qui revient d’un voyage dans un pays où ces maladies sont présentes. Il devient ainsi capable de transmettre la maladie dans le proche voisinage en piquant ensuite des personnes saines. Prévention : le moustique qui vous pique est né chez vous ! Le moustique tigre se développe surtout en zone urbaine, dans de petites quantités d’eau, et se déplace peu au cours de sa vie (100 mètres autour de son lieu de naissance). • Comment éviter la prolifération des moustiques ? Quelques gestes simples Les produits anti-moustiques (insecticides et répulsifs) ne permettant pas d’éliminer durablement les moustiques, il est nécessaire de limiter leurs lieux de ponte et de repos.

Supprimer les gîtes larvaires, c’est supprimer toute eau stagnante au domicile et autour, c’est couvrir, jeter et vider tous les récipients pouvant contenir de l’eau : • Supprimer ou vider régulièrement les petits récipients pouvant contenir de l’eau dans les jardins. • Vider les vases, les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable humide • Ranger à l’abri de la pluie tous les stockages pouvant contenir de l’eau : pneus, bâches plastique, jeux d’enfants, pieds de parasol, mobiliers de jardin… • Prévoir une pente suffisante pour que l’eau ne stagne pas dans les gouttières et les curer veiller à la bonne évacuation des eaux de pluie. • Couvrir les bidons de récupération d’eau de pluie pour les rendre inaccessibles aux moustiques (les couvrir d’une moustiquaire ou d’un tissu fin), retourner les arrosoirs. • Entretenir le jardin : élaguez, débroussaillez, taillez, ramassez les fruits tombés et les déchets végétaux, réduisez les sources d’humidité.

Ces gestes simples réduisent efficacement le risque de présence du moustique à proximité du domicile. Ils sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques et pour protéger votre entourage.

Pour en savoir + Agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes : www.ars.auvergne-rhone-alpes... Entente interdépartementale (EID) Rhône-Alpes : www.eid-rhonealpes.com

L’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes a été créée le 1er janvier 2016. Cet établissement public, constitué de près de 1000 collaborateurs, est un opérateur de l’Etat et de l’Assurance Maladie. L’ARS met en œuvre, au niveau régional, la politique de santé publique selon trois grandes missions : la protection et la promotion de la santé, la régulation de l’offre de santé dans les secteurs ambulatoire, hospitalier et médico-social, l’appui à l’efficience des établissements et des services sanitaires et médico-sociaux. L’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes est présente dans les 12 départements de la région. Son siège est situé à Lyon et à Clermont-Ferrand. Elle dispose de 12 délégations départementales à Bourg-en-Bresse, Yzeure, Privas, Aurillac, Valence, Grenoble, Saint-Etienne, Le Puy en Velay, Clermont-Ferrand, Rhône-Métropole de Lyon, Chambéry et Annecy.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF